top of page

Les idées reçues sur l'hypnose

Dernière mise à jour : 11 oct. 2022




Quand je parle de ma pratique de l’hypnothérapie, certaines personnes sont sceptiques. Des gens qui croient que ça ne marchera pas sur eux, puisqu’au spectacle auquel ils ont participé, c’était le cas. J’entends souvent la peur d’être manipulé à son insu. Ou encore ceux qui pense que le sommeil et l’hypnose c’est du pareil au même, et ne vois pas comment ça pourrait fonctionner. Avez-vous ce type d’idées reçues, au sujet de l’hypnose ?


Alors vous êtes au bon endroit si vous voulez éclaircir les croyances populaires liées à cette pratique. Mon point de vue sera ponctué de documents issus des recherches et de la presse spécialisée.

La première question à se poser est : qu’est-ce que l’hypnothérapie ?

Si votre idée est fondée sur ce que vous avez vu à la télé ou vécu en spectacle, vous êtes loin d’être seul.

Dans le divertissement, tout est fait pour nous en mettre plein la vue. Les hypnotiseurs de spectacles, nous donne ce que l’on cherche à un rythme effréné. Ils sélectionnent les sujets les plus réceptifs, avec de l’hypnose autoritaires et directives. Ils utilisent des tests puissants de suggestibilités, avec des inductions rapides et sélectives. Et les volontaires vivent des situations souvent cocasses, pour notre plus grand plaisir. C’est certainement comme ça que vous avez intégré


ce qu’est l’hypnose. Mais les techniques utilisées dans le divertissement, sont à l’opposées de ce que vous pouvez vivre, dans un accompagnement d’hypnothérapie.


En France une majorité de praticiens, dont je fais partie, sont formés à l’hypnose Ericksonienne, issue des thérapies brèves. Cette méthode, ancrée dans la thérapie, est bien différente de celle adopter par les « fascinateurs » sur scène.


D’abord elle ne partage pas le même but et s’emploie, pour et à la demande, du consultant qui souhaite intégrer un changement bénéfique à sa vie. L’hypnothérapie, dans ma pratique de la (TSE®), thérapie solutionniste expérientielle, est mise en œuvre comme un outil thérapeutique, et non comme une thérapie en tant que telle.


Quelle que soit la méthode, l’hypnose s’apprend, ce n’est pas un don. Il n’y a rien de magique dans ce modèle, bien que son efficacité en thérapie fonctionne sur 100% des consultants.

Soyez attentif à la suite vous allez comprendre comment c’est possible.


D’une part, parce que l’hypnose est un état de conscience modifié naturel (ECM), que nous vivons tous régulièrement sans même le savoir. Il n’est pas nécessaire de « croire » en l’hypnose pour que cela fonctionne pour vous, puisque vous le vivez déjà au quotidien !



- Vous est-il arrivé de vous plonger dans un livre si passionnant, que vous en oubliez la notion du temps, et n’entendez plus ce qui se passe autour de vous ? C’est un Etat de Conscience Modifiée !


- En voiture alors que vous conduisez, avez-vous déjà vécu ce moment où vous êtes surpris : « Tiens, je suis déjà là ?! ». Pourtant vous conduisiez … Etat de Conscience Modifiée !


- Avez-vous déjà vu une personne, tellement plongée dans ces pensées, qu’elle ne vous entend plus ? ECM !


Quand votre cerveau émet une onde Alpha (entre 8 et 13htz) vous vivez des situations d’hypnose. Dans cette transe légère, vous avez la faculté d’être ici et ailleurs en même temps. C’est ce qu’on utilise en thérapie, pour accéder à « l’inconscient » et ouvrir les champs des possibles de l’intégration cérébrale.

Et les résultats sont épatants, croyez moi ! Vous pouvez plus facilement déconstruire, l’idée que l’hypnose ne fonctionnera pas sur vous maintenant. N’est-ce pas ?


Pour ce qui est du sommeil profond, il se situe entre 0,5 et 3,5htz, bien loin de l’état de transe légère recherché en thérapie. Même si apprès une séance vous pouvais vous sentir, comme à la sortie d’une petite sieste quelques instants, votre cerveau lui, était en effervescence.


D’autre part si vous consultez un hypnothérapeute, c’est que vous êtes prêt à l’expérimenter. Votre thérapeute ciblera vos besoins, et vous pourrez la vivre d’une façon adaptée.

En effet d’après les recherches sur le sujet ;


« (…) Sous hypnose, les individus présentent une stimulation cérébrale plus élevée. Ils activent leurs régions occipitales, siège de la vue, comme s’ils voyaient vraiment, mais aussi leurs régions pariétales, comme s’ils ressentaient vraiment, ainsi que la région précentrale comme s’ils bougeaient vraiment. Tout cela en restant couchés, les yeux fermés ! De plus, ils ont l’impression de revivre ce moment et non pas de s’en souvenir.

Voilà le véritable « truc » de l’hypnose ! Elle booste notre capacité d’attention à l’objet central de nos pensées. Et contrairement à un tour de cartes, il n’est pas décevant d’en être conscient, bien au contraire. Car si nous avons tendance à penser que c’est l’hypnotiseur qui a le pouvoir, en réalité, c’est l’individu ! (Source Dans quel état est-on quand on est sous hypnose ? (science-et-vie.com) Dans quel état est-on quand on est sous hypnose ? PUBLIÉ LE 20 DÉC 2020 À 18H00PAR THOMAS CAVAILLÉ-FOL)

C’est d’ailleurs pour les mêmes raisons qu’il est impossible de manipuler quelqu’un sous hypnose. Impossible de berner la conscience et le système de valeurs éthique du consultant, puisque c’est lui et son cerveau qui pilote !


« (…) Cet état de conscience « hypnotique » peut être utilisé pour amplifier les ressources internes du patient et lutter contre l’anxiété, la douleur et faire disparaître des symptômes. (…) Les mécanismes physiologiques à l’œuvre dans l’hypnose, ont été et sont encore régulièrement étudiés. Les résultats issus de ces études ont permis d’objectiver des modifications du fonctionnement cérébral, en lien avec la transe hypnotique, mais ils ne permettent pas encore d’expliquer complétement le phénomène. » (Source INSERME Evaluation de l’efficacité de la pratique de l’hypnose Juliette Gueguen Caroline Barry Christine Hassler Bruno Falissard Avec l’expertise critique d’Arnaud Fauconnier et Elisabeth Fournier-Charrière juin 2015) ;


Je dois vous l’avouer, la manipulation hypnotique existe bien, mais elle est souhaitée par le consultant. Elle est convertie positivement, au cours de la thérapie, dans l’intégration des changements.


Prenons un exemple concret !

Vous me consulter pour de l’arachnophobie (phobie des araignées). Alors que votre peur intense à la vue de cet animal est présente depuis des années, vous désirez un changement. Encore une fois pas de magie, plusieurs séances peuvent être nécessaires. Après un premier entretien ; ne plus réagir aux stimuli phobiques devient votre objectif. Au cours des séances je m’emploierai donc à vous faire intégrer, une perception différente, des araignées puisque c’est votre souhait. L’hypnose, ainsi que d’autre outils, vous permettront d’atteindre votre objectif ! C’est aussi simple que ça !


Ce qui compte finalement, c’est de trouver le thérapeute qui s’adapte à vos besoins et à votre façon d’être.

Renseignez vous avant de consulter, ça pourrait vous faire gagner du temps et de l’argent ! Un prochain article traitera du sujet bientôt.

J’espère que ces quelques lignes vous apportent un éclairage sur l’hypnose, qui gagne à être connue en thérapie. Et qui l’est déjà largement, en les salles d’opérations et d’urgences des hôpitaux.

Je vous recommande les articles et ouvrages qui figurent plus bas, si vous souhaitez approfondir le sujet et à visiter mon site melaniejossier.com


Après cette lecture, si vous n’êtes toujours pas convaincus, je vous invite à poser vos questions dans les commentaires ou par mail. Et pourquoi pas, d’en faire l’expérience, avec quelqu’un de confiance. Parce qu’il n’y a pas de meilleur argument que de le vivre !

N’oubliez pas : « Choisir d'être accompagné c’est déjà une solution »


A bientôt !



Liens vers les documents ;



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page